… et c’était là, devant moi !

L’endroit que je vais décrire est l’endroit le plus spécial de mes souvenirs d’enfance.

C’était une journée ensoleillée et ma mère a décidé qu’il était enfin temps d’aller visiter la campagne. J’y suis arrivée vers l’heure du déjeuner. J’ai dégusté un peu de notre cuisine et je voulais prendre un peu d’air frais. Alors je suis passée par la porte de derrière… et c’était là, devant moi. C’était un beau pré, multicolore et aussi grand qu’un parc. Cela ressemblait, pour moi, au paradis puisque c’était la première fois que je voyais un espace aussi vert. Il était rempli de différents types de fleurs organisées en massifs. Il y avait d’amples arbres couverts de fruits. Je pouvais voir un grand lac de loin. Je me suis assise sur l’herbe et j’ai jeté un œil sur les pigeons blancs qui volaient merveilleusement vers l’horizon, ce qui était très apaisant à regarder. Puis je me suis étendue sur le dos et j’ai observé le ciel bleu clair sans un nuage dans l’azur. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient harmonieusement, il y avait une brise réconfortante et chaude qui venait vers moi. Les sentiments que j’ai ressentis à ce moment précis sont, et seront toujours, infinis : l’amour, la passion, le calme, la liberté, la paix, le bonheur, la sagesse. Je vais juste essayer d’en décrire deux :

L’AMOUR :

L’amour est un sentiment merveilleux que l’on expérimente tout le temps. Mais cette fois, c’était diffèrent parce que ce sentiment était un peu comme l’amour de soi. Mais ce n’était pas tout. C’était un peu comme un sentiment triste et doux, mais aussi heureux en même temps.

LA VIE ET LE BONHEUR :

Nous nous sommes tous interrogés sur la complication de nos vies : pourquoi c’est toujours si difficile ? Mais ce que nous ignorons tous, c’est que c’est notre cerveau qui rend la vie heureuse ou triste. Cela est toujours et sera toujours notre choix. Et à la fin, nous trouvons toujours la réponse que nous cherchons. Donc pour moi, ce moment a été le jour où je me suis trouvée. Depuis, je veux vivre ma vie comme si c’était mon dernier jour, c’est-à-dire la vivre au maximum sans stress. Ce sentiment m’a appris à vivre librement, avec bonheur, à faire toujours ce qui me semble juste et à pleurer des larmes de joie et non des larmes de la tristesse.

Nous ne vivons qu’une seule fois, nous ne devrions donc jamais gaspiller notre vie dans la douleur et le chagrin. Humer de belles fleurs, regarder de magnifiques couchers de soleil, porter une couverture moelleuse et écouter des chansons sur l’amour, la vie et le bonheur, me rappellent cet endroit spécial.

Quand je me détendais dans mon paradis, je pensais à la chance que j’avais d’avoir retrouvé le monde de mes rêves dans la réalité. C’est toujours là que je vais dans mon esprit pour me calmer. Un monde où il n’y a pas d’inquiétude pour le lendemain et pour vivre dans l’instant présent.

C’est le jour où j’ai finalement compris la vraie définition de la vie et c’est quelque chose que je n’oublierai jamais.

Dagmawit, élève de 3e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *