Une revue de la presse éthiopienne par des élèves de 2e3 (3e partie)

Au cours des deux derniers mois, les élèves de 2e 3 du lycée franco-éthiopien Guebre Mariam, à Addis-Abeba, ont lu des journaux, des magazines et des sites web d’information traitant de l’actualité de l’Ethiopie. Ils ont réalisé cette revue de presse à partir d’articles écrits en anglais ou en amharique (une des langues les plus parlées en Ethiopie).

Le prix Nobel décerné au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

Le vendredi 11 octobre 2019, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a obtenu le prix Nobel de la paix pour avoir fait preuve de courage et pour avoir apaisé la discorde qui existe depuis des années entre l’Érythrée et l’Éthiopie. Cet événement a fait la une des journaux éthiopiens. Nous nous sommes renseignés sur ce même sujet dans trois journaux différents.

L’article « A Nobel Laureate » du journal The reporter, rédigé par Samuel Getachew et publié le 12 octobre 2019, nous donne d’abord une brève explication du conflit entre les deux pays et aussi une courte présentation d’autres grandes réalisations que cet homme a faites, comme le règlement des conflits entre les factions au Soudan du Sud, la recherche de solutions à des problèmes persistants entre le Kenya et la Somalie etc.

Mais d’un autre côté, Abiy Ahmed a aussi été critiqué pour les déplacements de population, le manque de sécurité et aussi le taux de chômage élevé dans toutes les régions de l’Éthiopie.

S’il y avait une phrase à retenir de cet article, ce serait : « Cette reconnaissance est historique, elle améliore grandement l’image de l’Éthiopie au niveau mondial. » Car ce prix Nobel montre vraiment la contribution et l’investissement du Premier ministre Abiy Ahmed dans les affaires éthiopiennes, mais aussi internationales importantes. Conséquence de l’importance de cet évènement, l’article est placé à la une du journal. La photo d’Abiy Ahmed se trouve juste au-dessus de l’article.

Dans le journal Fortune, l’article « Man of peace » a été écrit par un journaliste appelé Fasika Tadesse et publié le 13 octobre 2019. Cet article nous donne l’avis de différents hommes et femmes politiques à propos de cet événement. Il y a aussi une citation : « la paix ne résulte pas de l’action d’une seule partie ». Si nous ne devions retenir qu’une seule expression, ce serait celle-là. Cet article occupe également la une du journal, où la photo d’Abiy Ahmed se trouve au centre. L’autre photo, où l’ont voit Abiy Ahmed avec le président érythréen, alors qu’ils se serrent la main, se trouve à la fin de l’article.

Le 13 octobre 2019, le journal Capital a publié l’article « Peaceful pride » écrit par Muluken Yewondesse. Muluken Yewondesse explique, dans son article, qu’Abiy Ahmed est le premier éthiopien à être honoré d’un prix Nobel. Ensuite, il présente, parmi les réalisations faites par le Premier ministre, l’augmentation significative de l’influence des femmes éthiopiennes, l’arrêt de la censure des médias et aussi l’amnistie accordée à des milliers de personnalités politiques. Muluken ajoute également que le travail d’Abiy Ahmed n’est pas terminé. Mais le prix devrait motiver le Premier ministre à s’attaquer aux défis des droits de l’homme qui menacent la paix jusqu’à présent. Pour exprimer son point de vue, le journaliste affirme : « Maintenant  plus que jamais, le Premier ministre Abiy doit pleinement  respecter les principes et les valeurs du prix Nobel de la paix. En recevant ce prix, il démontre au monde entier que l’Afrique a fait un pas en avant pour être un continent de paix. »

Cécilia, Edlawit, Edna et Yoseyas


Les 10 km d’Addis-Abeba : une course populaire et festive

Le 17 novembre 2019, dans les rues d’Addis-Abeba a eu lieu la plus grande course de 10 km du continent africain. La 19e édition de cette course a réuni plus de 46 000 participants. Il y avait une grande variété de coureurs de tous âges et de tous niveaux. Que cela leur prenne 36 minutes à courir derrière les élites ou 2 heures à vous promener en dansant et en discutant, les 46 000 participants ont tous terminé leur journée dans la joie.

Cette grande course éthiopienne est un événement social important pour l’Éthiopie. Sur le site officiel de l’organisme, ethiopiarun.org, il est indiqué qu’un grand nombre d’étrangers ont participé à cette course. Les Ethiopiens sont venus de différentes régions à Addis-Abeba pour participer à cet événement annuel. Il y avait donc une variété de nationalités et de cultures. Sur les 10km, il y avait près de 500 volontaires qui travaillaient pour que tout le monde ait la meilleure expérience le jour de la course.

La grande course éthiopienne est aussi un événement économique. Le site aims-worldrunning.org indique que c’est une campagne de collecte de fonds. L’année dernière, cette course a permis de récolter plus de 45 183,66 euros, ce qui a porté le total des fonds collectés au cours des cinq dernières années à plus de 200 502,51 euros. Cette année, les volontaires ont fixé un but de 48 007,64 euros et ont atteint leur objectif. La grande course éthiopienne soutient financièrement le travail de différentes organisations travaillant avec des enfants, des femmes et des personnes âgées vulnérables.

Par ailleurs, cette course a créé beaucoup d’opportunités pour les entreprises. La publicité était présente dans toutes les rues. Des entreprises ont affiché leurs produits partout. Il y avait aussi plusieurs parrains comme Malta Guinness, Arki Water et d’autres.

Cette course nous a paru beaucoup plus intéressante quand nous avons découvert que les coureurs éthiopiens les plus connus y ont participé. Le site africain runafrica.com nous informe que des légendes de la distance, telles que Kenenisa Bekele et Tirunesh Dibaba ont concouru lors cet événement. En effet, la course est la première vitrine du talent exceptionnel de l’Éthiopie. Aucune autre course de rue en Afrique n’offre un mélange similaire de compétition et d’ambiance festive et, dans un pays qui idolâtre ses coureurs, c’est ici que naissent les légendes.

En 2020, ce sera la 20e édition du plus grand événement populaire d’Afrique. On s’attend à ce qu’elle soit encore plus extraordinaire l’année prochaine ! Cette course est vraiment une expérience épique année après année !

Écrit par Yuliyan, Abubeker, Joseph et Yonas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *